Grands-parents : mode d’emploi

Être grands-parents en résidence pour personnes âgées passe par une période d’adaptation parfois difficile à surmonter. Il faut imaginer le désarroi d’un papy, d’une mamie au moment de l’abandon du domicile, celui de découvrir une nouvelle vie en collectivité et d’avoir à se réapproprier un nouveau territoire.

Si en plus l’aspect psychologique est pris en compte, celui de la crainte de ne plus pouvoir jouer leur rôle de grand-père ou de  grand-mère, l’évolution dans ce nouveau concept est déterminant. Il est donc important, même essentiel, que ces nouveaux résidents en maison de retraite conservent leur place et  leur rôle envers leurs petits-enfants ou arrière-petits-enfants.

L’accueil d’enfants en maison de retraite est la solution qui permettra aux grands-parents de poursuivre leur fonction envers leurs petits-descendants. De nouvelles structures doivent donc apparaître dans les résidences pour personnes âgées, afin de permettre aux papys et mamies de pouvoir jouer avec leurs petits-enfants. De pouvoir partager des moments de tendresse et de complicité, autant d’émotions qui contribuent au bien-être des personnes âgées.

Si par bonheur, certains établissements d’accueil de retraités possèdent un parc ombragé, un jardin privatif, ces moments intergénérationnels ne seront que plus conviviaux. Et même, de plus en plus fréquemment, certains établissements songent à réserver de nouveaux espaces  de rencontres intergénérationnelles spécialement conçus pour favoriser ces échanges grands-parents et petits-enfants.

Il est donc de plus en plus devenu évident que tout est fait pour améliorer l’accueil des  grands-parents en résidences pour personnes âgéesS’il fallait développer davantage la composition de la famille, on constaterait que celle-ci est essentiellement définie par les liens de parenté de la généalogie familiale. Les relations de parenté résultent principalement de la filiation, de l’alliance, de l’adoption.

Elles sont déterminées par le degré de parenté entre un grand-père, une grand-mère et leurs petits-enfants et arrière-petits-enfants permettant ainsi de savoir où commencent les droits et devoirs attachés à la notion de parenté et à l’obligation de solidarité. De nos jours, avec l’allongement de l’espérance de vie et l’arrivée des papys boomers, les grands-parents sont de plus en plus nombreux. Ces aînés sont de plus en plus impliqués dans l’éducation de leurs petits-enfants.

Interrogés, les grands-parents sont près de 90% à déclarer que leur rôle prioritaire consiste à garder leurs petits-enfants pour dépanner leurs parents. Ce qui équivaut à une similitude avec les assistantes maternelles.

Cette évolution n’est pourtant pas tout à fait juste, puisqu’on s’aperçoit que les seniors devenant de plus en plus actifs, ont de moins en moins envie de ne plus être que des grands-parents à temps plein. Ils sont attirés par des réunions entre amis, des activités de bénévolat et des voyages en couple.

Les enfants, eux, jugent que leurs grands-parents leurs autorisent bien plus de permissions que leurs parents. Ils leur laissent plus de libertés, sont moins contraignants à leur égard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s